SUMMERSTAGESESSIONS À LA LAITERIE

# résidences été 2020

Privé de pouvoir y accueillir les concerts qui y avaient été programmés, Artefact refuse de laisser La Laiterie plongée dans l’inertie imposée !
Nous ouvrons donc sa scène aux artistes d’ici engagés dans des créations afin de les soutenir par nos moyens techniques, scéniques et humains.
Une série de stage-sessions d’été pour créer de nouveaux projets destinés à des temps meilleurs.
 
A la fin de chaque session et parce que, « à la maison », la musique s’envisage en public malgré tout, nous vous proposons une restitution de la résidence en live stream sur notre page facebook à 18h.
 
En juillet, nous commencerons par Amoure et Bad Juice, artistes résidents de la Plateforme Artefact, avant d’expérimenter avec Le Centre Aerien - un projet pluridisciplinaire porté notamment par October Tone, autre résident de la Plateforme Artefact et de retrouver Ernest, artiste associé de La Laiterie sur les saisons 2019-2020 et 2020-2021.
 
Corona ou pas, la canicule sera donc électrique sur notre scène et dans les locaux de La Plateforme… mais, en l’absence d’informations sur les conditions d’accueil du public à la rentrée le climat reste très lourd au-dessus des concerts à La Laiterie pour la saison qui vient.

AMOURE
En résidence du samedi 4 au dimanche 5 juillet

amoure

Au printemps 2015 lors d’un roadtrip dans le sud, Nicolas, Thibault et Julien entrent en collision par Amoure pour dessiner une pop multicolore tour à tour espiègle puis sensuelle, ensoleillée puis vaporeuse. En tête, l’idée de chanter la plage à Strasbourg sur base pop, en français dans le texte, avec fraîcheur et légèreté.

Lors de la résidence d’Amoure à La Laiterie le groupe de a travaillé son nouveau spectacle… un nouvel album arrive bientôt !

Retrouvez la restitution de leur résidence sur notre page facebook : ici

ERNEST
En résidence du lundi 13 au vendredi 17 juillet

ernest

Instruments relookés façon « Nautilus », répertoire aux sonorités « rock-électro-bastringue », Ernest s’inscrit frontalement dans l’esthétique Steampunk telle qu’on la fantasme à travers les pages de Jules Vernes et H.G. Wells ou que Tim Burton l’a portée à l'écran. Evadé de récits apocryphes d’Andersen, inspiré par Gainsbourg, Ernest embarque le spectateur dans un temps-voyage fantasque et théâtral, pavé d’histoires d’amour grinçantes, de poésie et d’humour.
Nouvel album dans les radar, cette résidence à la Laiterie permet à Ernest d’éprouver des nouveaux titres, travailler la scénographie, la mise en scène, la lumière.
 
Restitution de la résidence en live stream sur notre page facebook vendredi 17 juillet à 18h

BAD JUICE
En résidence du lundi 27 au mardi 28 juillet

bad juice

Formé sur les cendres The Swamp et auto-proclamé « seul et unique Hillbilly Urban Blues Two-Men Band », Bad Juice est en quête du graal : « un blues authentique qui sent la cave et la chaleur des lampes d’ampli ». Tiraillés entre Buddy Holly et le Jon Spencer Blues Explosion, les frères Schmidt ont fait un choix radical : embrasser les deux !
Outre le travail de leur nouveau set, Bad Juice met à profit cette résidence à La Laiterie pour filmer un concert d'une vingtaine de minutes pour un festival "en ligne" organisé par la radio américaine KEXP.
 
Restitution de la résidence en live stream sur notre page facebook à mardi 28 juillet 18h.

LE CENTRE AÉRIEN
RÉSIDENCE EN COURS DE CONFIRMATION

volante

Le Centre Aérien est une création collective initiée par des personnalités issues de différents collectifs strasbourgeois (October Tone, Noun..), dont les inspirations sont intimement liées au cirque et à l’univers des fêtes foraines, du music hall. Elle est la réunion de performeurs, musiciens et scénographes aux parcours variés qui s’unissent pour ériger la structure et la partition d’un spectacle où se mêleront donc musique, théâtre, cirque et danse. Forts d’expériences scéniques hétéroclites, les 10 membres du Centre Aérien ont la volonté de mélanger les rôles et les disciplines. Ainsi, pendant le spectacle, les musiciens seraient également machinistes, les performeurs pourraient s’emparer d’instruments, et les machinistes deviendraient également acteurs…
La résidence à La Laiterie initie ce projet du point de vue technique et scénographique.